Archive

Articles taggués ‘langue française’

Les BirdsDessines au service de la langue française

19/01/2011 Comments off

Le site BirdsDessines.fr recommandé pour des ateliers de français

En avril 2009, un de mes projets personnels voyait le jour : le site BirdsDessines.fr était en ligne. Depuis, le succès du site s’est construit au fil des mois pour atteindre dernièrement un bon petit rythme de croisière et une bien meilleure qualité dans les contributions (Merci aux valeureux auteurs en passant). Au départ, l’idée était vraiment de faire un site pour se marrer. Très vite il a été pris d’assaut par des jeunes à l’orthographe balbutiante. De ce fait, pas mal de contributions à l’époque était plus que navrantes à lire. D’où l’apparition des quelques outils de modération de mon cru. J’en tirais tout de même une bonne chose : c’était une première percée dans le milieu de l’école qui est toujours bon à prendre quand on essaye de lancer un nouveau site internet.

Puis, une chose inattendue est arrivée. Certains professeurs ont eu l’idée d’utiliser le site à des fins éducatives. En effet, alors que j’étais désespéré de ne lire que du SMS dans les BDs publiées, des instituteurs y ont vu au contraire un vecteur ludique et moderne d’apprentissage de la langue française. Ainsi, plusieurs sites d’enseignants et d’associations dont weblettres commencèrent à apparaître dans mes statistiques et dans les liens référents. Intrigué, je suivis un peu cette activité au travers de leurs échanges. Un jour, je vis le trafic du site augmenter significativement. Pourtant ce jour-là, pas vraiment de hausse de publication de BDs ne fut constatée. Aussi, j’allai voir du côté du répertoire des créations de BDs non publiées (envoyées par mail ou téléchargées sur le disque) et là, c’était l’explosion. Une tonne de BDs créées. Et toutes avaient un point commun : les oiseaux parlaient tous de règles de grammaire et d’orthographe ! Comme on dit dans le jargon : WTF ?!

En fait, non contente de détourner le site BirdsDessines.fr à des fins pédagogiques exceptionnelles, Corinne Durand Degranges, professeure de lettres et membre active de la sus-citée association WebLettres, a rédigé une fiche pédagogique d’un atelier utilisant le site BirdsDessines.fr à destination des autres professeurs dans la Nouvelle Revue Pédagogique du mois de septembre 2010. Dans cette fiche, Corinne détaille d’une part les tenants et les aboutissants de l’atelier pour l’enseignant souhaitant le mettre en oeuvre dans sa classe. Et d’autre part, une seconde fiche, destinée ce coup-ci à l’élève suivant l’atelier, guide ce dernier tout au long du processus. Le but : utiliser le site pour amener les enfants à énoncer une règle de grammaire ou d’orthographe par eux-mêmes en créant une BD en ligne. Voici les fiches enseignant et élève ci-dessous ainsi qu’un exemple de résultat attendu au terme de l’atelier (Cliquer sur les images pour agrandir):

Fiche destinée à l'enseignant

Fiche destinée aux élèves pendant le cours

Exemple de résultat final

Contactée par mes soins via Facebook (oui, ça n’est pas QUE le Mal, c’est aussi très utile parfois…), Corinne m’explique comment lui est venue l’idée de détourner le site en ce sens :

Pour nous, l’enseignement en général, et celui de la langue en particulier, passe par des activités qui doivent, dans un premier temps, attirer l’attention des élèves. [...]

  • Nous croyons qu’il est plus facile et plus efficace de combiner l’apprentissage avec des activités d’un abord plaisant.
  • Nous croyons que pour y parvenir les nouvelles technologies sont une aide précieuse (mais non exclusive).
  • Nous croyons enfin que l’apprentissage gagne en qualité s’il s’accompagne d’une réalisation concrète des élèves.

Votre site avait l’avantage de permettre la mise en œuvre d’une activité qui répondait à ces trois critères. Et je dois dire que c’est avec beaucoup de plaisir que je l’ai détourné de sa fonction ludique en objet destiné à l’apprentissage. J’ai également testé l’année dernière ce travail avec mes élèves, je confirme que votre site et ma fiche sont de bonnes idées ! :-)

Alleluia ! Moi qui suis un fervent défenseur de la langue française et qui me tirais les cheveux de voir un de mes projets personnels pris d’assaut par le langage SMS, me voilà finalement heureux de pouvoir indirectement aider notre belle langue. J’irai même jusqu’à dire que j’en suis fier et croyez-moi c’est pas souvent. Et ce n’était pas gagné quand on sait ce que peuvent dire ces satanés piafs :

Ed ou ne pas ED, quelle est la prononciation ?

26/05/2009 Comments off

Ed, l'épicier discountL’objet de mon insomnie : pourquoi doit-on prononcer le nom des magasins Ed, « eu-dé » (comme dans la publicité) et non pas « ède » (comme dans le logo) ?

Propriété du groupe Carrefour, la chaine de magasin discount Ed renferme, dans sa communication, une incohérence de taille. Ed veut dire « Europa Discount ». Alors pourquoi ne l’écrit-on pas comme un sigle correct français, c’est-à-dire : « E.D. » ? (Oui, normalement, on garde toujours les « . » entre chaque lettre) Selon la prononciation « eu-dé », Ed est un sigle, mais selon son écriture (une majuscule suivie d’une minuscule), Ed est un acronyme.

Du coup, je me suis tapé la totalité de l’historique des magasins pour revenir aux sources. A l’origine, le nom des magasins était exactement « Ed, l’épicier discount » (SCOUNT !). Si l’on regarde de plus près ce nom, on se rend compte que c’est déjà bien un acronyme mais on peut y voir aussi une personnification avec « Ed » qui s’apparente à un surnom donné à l’épicier en question, comme « Edouard, Eddy, Edmond ». L’épicier discount avait une âme à l’époque. On l’imaginait heureux, batifolant dans les rayons de son épicerie, jonglant avec des tomates et autres laitues du terroir. Malheureusement, son histoire va se gâter. Je vous épargne plusieurs péripéties palpitantes de l’histoire de la chaine de magasins pour arriver en 2000, où Carrefour décide d’abandonner les enseignes « Ed l’épicier » et « Ed – Europa Discount » au profit de l’enseigne « Ed, le marché discount ».

Il est donc possible que, suite aux multiples renommages, rachats, fusions, notre bon vieux Ed ait perdu toute humanité supposée au profit d’un vulgaire acronyme sans saveur. Adieu notre petit Ed, debout derrière son comptoir avec sa moustache fraichement taillée, travaillant au bonheur des familles. Quelle tristesse !

D’ailleurs, le nom chinois de Carrefour a été transcrit à partir de la prononciation française, qui signifie « Bonheur de la famille ». Tout est lié ! Rest in peace, Ed.

Ed, l'épicier discount triste

Ed, l’épicier tout triste… (© Marseille-images.com)

Bayer aux corneilles derrière une vitre sans tain

16/11/2006 Comments off

Corneille, le chanteur Je suis en train de lire un livre génial en ce moment. J’en parlerai plus amplement dans un article à paraître une fois ma lecture achevée. Cependant, je suis tombé sur deux orthographes sur lesquelles j’aurais buté lors d’une dictée.

  • Bayer aux corneilles : Signifiant « rêvasser, perdre son temps en regardant en l’air niaisement » (Robert), l’éthymologie vient du latin populaire batare pour « ouvrir la bouche ». Et oui on n’écrit pas bâiller, ni bailler qui eux ont deux définitions tout à fait différentes aussi.
  • Une vitre sans tain : Rien à voir avec une quelconque teinte comme j’ai pu le penser. Tain vient de l‘étain et sert à l’étamage des glaces (Larousse) comme dans les commissariats où le suspect croit toujours que c’est un mur alors que le vrai tueur le regarde se faire taper à coup de bottin.

Bref, lisez les amis et lâchez vos textos !

Goodbye, Ok ?

30/06/2006 Comments off

goodbye Les habitués du Koondellitch savent que l’un de mes passe-temps est la traduction de sous-titres. Ainsi, la traduction de mots comme Good Evening, Good Afternoon ou Good Morning est très facile. L’éthymologie anglaise n’est pas ambigüe et la traduction française littérale convient parfaitement. Good evening, « Bonsoir ». Mais qu’en est-il du mot Goodbye ? Quelle est la logique sous-jacente à ce mot si semblable aux précédents mais qui semble tout de même à part.

En fait, Goodbye ne suit pas du tout la même logique puisque c’est l’abrégé anglais de la phrase « God be with ye » (« Que le Seigneur soit avec vous », en français). Qui l’eut cru ?

Et qu’en est-il du mot Okay ou Ok ? Sur celui-ci, il n’y a pas de réponse catégorique. Pour certains, elle proviendrait de la guerre de Sécession, lorque l’on faisait le rapport des soldats tués pendant la journée. On parlait de « 0 (zéro) killed » ou « 0K » qui se serait prononcé « O (la lettre) K ». Cette explication, peut-être fausse à l’époque de la guerre de Sécession, fut, en revanche, reprise par les aviateurs anglais lors de la Seconde Guerre mondiale quand ils rentraient à la base et qu’il n’y avait pas de problèmes.

Il existe d’autres explications pour Ok mais celle-ci me séduit.

Le ‘s’ de l’impératif

11/05/2006 Comments off

DicoDoit-on mettre un ‘s’ à la personne du singulier de l’impératif ? Voilà une question qui revient souvent. Rappelons tout d’abord que l’impératif ne contient que 3 personnes (« tu », « nous » et « vous ») et que le sujet n’est jamais exprimé. Le doute survient lorsqu’il faut utiliser la personne du singulier. Voici la règle.

Lire la suite…

Semaine de la langue Française

20/03/2006 Comments off

Comité de lutte contre le langage SMS et les fautes volontaires sur Internet

Voici l’un de mes chevaux de bataille : le respect de la langue française sur Internet. Et cette semaine est justement celle dédiée à la langue Française. Je ferai donc juste de la publicité pour ce comité de luttre contre le langage sms et les fautes volontaires sur Internet. En passant, voici la version en langage sms de la même page. Comprenez-vous maintenant pourquoi il faut cesser d’écrire sur Internet comme sur son téléphone portable ?

Hilarant ce message sur le blog de Dew qui nous laisse entrevoir la plaie que devient ce que certains considèrent comme une langue vivante. Si vous voulez passer un moment à hurler de rire, lisez un Skyblog, le site d’où provient toute cette lie. C’est à pleurer… de honte.

Au temps pour moi

19/02/2006 Comments off

DictionnaireL’un des débats les plus connus de la langue française est sans nul doute celui au sujet de la graphie correcte de l’expression « au temps pour moi » que la majorité écrit « autant pour moi ». Cette expression prononcée en cas d’erreur d’une personne a pour origine le jargon militaire dans lequel « au temps ! » se dit pour commander la reprise d’un mouvement depuis le début. Cependant, les défenseurs de l’autre forme justifient l’écriture « autant » par l’ellipse de l’expression synonyme « c’est autant pour moi ».
Et bien sachez que pour l’Académie Française, c’est la première forme, soit « au temps », qui reste la plus juste mais que, par abus de langage, la graphie « autant » est tolérée.

Callipyge

08/01/2006 Comments off

La vénus Callipyge En me baladant sur le net, je suis tombé sur un mot totalement inconnu à mon bataillon : callipyge. Utilisé en qualificatif pour Julian Mc Mahon, l’un des deux chirurgiens plastiques de la série Nip/Tuck, je ne parvenais pas à trouver l’étymologie par moi-même. Après une rapide recherche, il se trouve que ce mot provient du Grec kalli- (magnifique) et puge (fesses). La définition est donc « qui a de magnifiques fesses » ! Sympa à replacer dans une conversation entre esthètes. Comme j’aime aller au fond des choses, j’ai accentué mes recherches et suis tombé sur la Vénus Callipyges (ci-contre), statue visible au Jardin des Tuileries et qui affiche un galbe fessier prononcé et dont le personnage semble être fier puisque elle se reluque son propre popotin. Amusant aussi cette chanson de Brassens sur ladite Vénus dont je vous copie/colle les paroles dans la suite et fin de l’article. On en apprend tous les jours un peu plus.

Lire la suite…