Accueil > Le Coin d'Alconis > Le dernier juré, de J. Grisham

Le dernier juré, de J. Grisham

Le dernier juré de John Grisham Et hop ! Un autre bouquin d’absorbé. Le premier des deux que l’on m’a offert à Noël dernier. John Grisham, écrivain américain, est connu notamment pour être l’auteur littéraire originel de hits du BoxOffice tels que La Firme, L’Affaire Pélican et bien d’autres. C’est mon premier Grisham et il me permet de revenir au thriller. L’histoire d’un homme condamné à perpétuité par un jury. L’homme jure qu’il aura sa revanche à sa sortie et menace chacun des jurés. Bon ou pas bon ?

A mon avis, ce n’est pas un bon Grisham. Du moins, cet opus n’est pas dans la lignée de ceux qui ont fait sa gloire. L’auteur dépeint la vie dans le Sud des Etats-Unis dans les années 70, les problèmes de religions, d’intégration des noirs, la peine de mort au travers d’une fresque d’un petit village dans lequel le héros reprend le journal local. Le jeune journaliste vient à couvrir un beau jour le procès pour un meurtre horrible d’un des membres d’une terrible famille locale connue dans la région pour ses frasques et autres affaires peu claires : traffic de drogue, d’armes etc. Pendant ce procès, les jurés viennent à condamner le prévenu à perpétuité, lequel s’en prend oralement à ces derniers en les menaçant de représailles à sa sortie de prison. Une dizaine d’année plus tard, un meurtre est commis coïncidant étrangement avec la libération du condamné pour bonne conduite.

Le rythme est lent. L’auteur s’attarde beaucoup (trop) sur la vie de son sud natal. Le livre pourrait comporter qu’une centaine de pages. L’intrigue est pauvre et le dénouement décevant. Toutefois, on parvient à s’interesser à la vie des habitants du petit village avec ses travers, ses rumeurs colportées, des personnages hauts en couleur et au tempérament trempé. Une maigre compensation pour ce Grisham estampillé « Thriller ». Avec, en plus, de trop nombreuses fautes d’orthographes, je ne recommande pas ce Grisham que je qualifierai de fade et qui, je pense, est loin du style Grisham aimé par les lecteurs de par le monde.

Categories: Le Coin d'Alconis Tags: ,
  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks