Archive

Archives pour la catégorie ‘On se couchera moins cons…’

Tout ce qu’il faut savoir sur l’arrobase

27/01/2011 Comments off

D’où vient l’arrobase ?

Le nom arrobase (graphie préconisée par Le Nouveau Petit Robert de la langue française (2008)) ou arobase vient du castillan arroba qui désigne une unité de mesure de masse et de capacité en usage dans la péninsule ibérique depuis 1088 et qui vient lui-même de l’arabe الربع (ar-rubʿ), « le quart », un quart de quintal. Quant au nom français arrobase, il proviendrait de la contraction du terme typographique « a rond bas » (bas pour bas-de-casse, caractère minuscule).

D’où vient le logogramme @ associé ?

L’origine du signe est la ligature par les moines copistes du ad latin (à ou vers en français, at en anglais) où le a et le d cursifs ont fini par se confondre, le d s’enroulant autour du a.

Comment le @ s’est-il retrouvé sur nos claviers ?

L'"amphore" apparaît dans les vieux livres de comptes de marchands florentins

L’arrobase, un peu oublié depuis les temps des moines copistes, resurgit principalement en Italie dans les livres de comptes de marchands florentins pour désigner une unité de poids ou de mesure. Après une certaines expansion dans les pratiques comptables dans le monde, on le retrouve aux Etats-Unis, où son usage s’est vraiment répandu dès le XIXe siècle pour noter le prix unitaire des marchandises. « Deux chaises à 20 dollars pièces » se notait « 2 chairs @ $ 20″ et se lisait « two chairs at twenty dollars ». L’usage en est resté pour les américains qui lisent toujours « at ». C’est donc naturellement pour cet usage comptable que l’on retrouve le symbole sur les claviers des machines à écrire du XIXè siècle. Avant d’arriver sur nos claviers 100 ans plus tard, l’arrobase avait quelque peu perdu de son sens. C’est grâce à ce flou sémantique que les informaticiens ont pu récupéré l’arrobase comme marqueur logique et inséré dans les caractères informatiques standard. Et, comme le « at » américain pouvait aussi servir à localiser les choses, c’est sans doute pourquoi il a été choisi par Ray Tomlinson en 1971 pour indiquer la localisation des serveurs (ou boîtes aux lettres) de courrier électronique.

Quel est le code Morse pour l’arrobase ?

Ce n’est qu’en 2004 que l’alphabet Morse se voit enrichi du caractère @. La chaîne combine en fait le « a » et le « c » de l’anglais commercial at.

Popularité de l’arrobase

Quels sont les différents noms du @ dans le monde ?

  • Allemand : Klammeraffe (« singe araignée »)
  • Anglais : commercial atat sign ou at (« chez », « auprès de »), aussi souvent appelé asperand
  • Basque : a bildua (« a roulée »)
  • Belgique francophone : a crolle (« a boucle, dans le sens d’une boucle de cheveux »)
  • Catalan : ensaïmada (pâtisserie baléare en forme de spirale) ou cargol (escargot)
  • Coréen : 골뱅이 (golbaengi) (escargot de mer)
  • Chinois : 圈a(quan a) (cercle a) ,花a(hua a) (fleur a), ou 小老鼠 (xiao laoshu) (petite souris), ou 老鼠號 (laoshu hao) (souris), etc.
  • Danois : snabel-a (trompe d’éléphant)
  • Espéranto : heliko (escargot)
  • Finnois : miukumauku (signe du miaou)
  • Grec : παπάκι (papáki) (petit canard)
  • Hébreu : strudel (pâtisserie)
  • Hongrois : kukac (ver)
  • Italien : chiocciola (escargot)
  • Néerlandais : apenstaartje (petite queue de singe)
  • Polonais : małpa (singe)
  • Roumain : coadă de maimuţă (queue de singe)
  • Russe : собака (sobaka) (chien)
  • Suédois : Snabel-a, (a avec une trompe)
  • Tchèque : závináč (enroulade, le závin étant l’équivalent de la pâtisserie viennoise Apfelstrudel)
  • Turc : güzel a (bel a), ou kuyruklu a (a à queue)
  • Ukrainien : равлик (ravlyk) (escargot), moins souvent песик (pesyk) (le petit chien)

via, via et via

Les satellites en orbite autour de la Terre, classés par pays

01/02/2010 Comments off

Le graphique ci-dessous présente la proportion des satellites actuellement en orbite autour de notre bonne vieille planète. Le tout réparti par pays. Pour chaque pays, les proportions sont divisées en 3 :

  • En blanc, au centre des ronds, la proportion de satellites en orbite et en fonction,
  • En gris clair, autour du blanc, la proportion de satellites en orbite mais qui ne fonctionnent plus.
  • Enfin, en gris foncé, la proportion de débris spatiaux de plus de 10cm de diamètres.

Je vous laisse faire vos propres observations et conclusions. Mais la Chine a vraiment un problème avec l’environnement. Y a du monde là-haut !

Cliquer sur l'image pour la voir en grand

via

30 secrets que votre serveur ne vous dira jamais

08/01/2010 Comments off

Le site internet américain du Reader’s Digest s’est fendu d’une étude auprès de deux douzaines de serveuses et serveurs de restaurants américains allant du fast-food au grand restaurant. Ces derniers ont répondu à tout un tas de questions sur les dessous du métier de serveur, ce qui se passe en cuisine et ont raconté plein de choses sur ce qui les énervent, les réjouissents, ce qui fait un bon client et ce qu’ils font au mauvais. Ils ont tout balancé ! Je vous propose donc dans cet article de découvrir les 30 secrets que votre serveur (américain) ne vous dira jamais.

©2009 Jupiterimages Corporation

1. Que des décaféinés après 20h par Charity Ohlund

Dans la plupart des restaurants, après 20h, tous les cafés servis sont des décaféinés car personne ne veut nettoyer deux machines à café. J’amène un plateau avec 12 cafés et en donne aux clients qui ont commandé des cafés normaux, d’autres à ceux qui ont commandé des décaféinés. Mais ce sont tous des décaféinés.

2. Ajout de sucre pour les enfants par une serveuse dans une chaîne de pizza bien connue

On met du sucre dans les menus pour enfants pour qu’ils les apprécient encore plus. Sérieusement. On en rajoute même dans la pâte des pizzas pour enfants.

3. Bouillon… ou pas.

Si vous êtes végétarien(ne) et que vous demandez si on a mis du bouillon de légumes, je vous répondrai que oui, même si ce n’est pas le cas. Vous ne verrez jamais la différence.

4. Restes du jour par Kathy Kniss, serveuse pendant 10 ans à Los Angeles

Dans beaucoup de restaurants, le menu du jour est fait de tout ce qu’ils ont besoin de vendre avant que ce ne soit plus bon. Faites particulièrement attention à la soupe du jour. Si elle contient du poisson ou si c’est une sorte de « gombo », c’est certainement ce dont ils veulent se débarrasser.

5. Éviter les rondelles par Charity Ohlund, serveuse à Kansas City

Maintenant que je travaille dans un restaurant, je ne demande jamais de tranches de citron pour mon verre. Tout le monde les touchent. Personne ne les lavent. On retire juste l’étiquette, le coupe et balance les rondelles dans votre thé glacé.

6. Calories ?… Google! par une serveuse dans une chaîne de pizza bien connue

Si vous me demandez combien il y a de calories dans un plat, je ne suis pas autorisée à vous le vire même si je le sais. Je suis supposée répondre « Toutes ces informations sont disponibles sur Internet. »

7. Ça passe pas par Charity Ohlund

Je n’ai jamais vu quelqu’un toucher à votre nourriture, mais j’ai vu des serveurs s’en prendre à votre carte de crédit. Si un serveur ne vous aime pas, il se peut qu’il essaye de vous embarrasser devant votre associé ou votre copine(ain) en ramenant votre carte de crédit et dire « Vous auriez une autre carte ? Celle-ci n’est pas passée. »

8. Milk shake pas si light que ça par Chris

Le lait écrémé n’en est quasiment jamais. Très peu de restaurants en dehors des Starbucks ont du lait entier, du lait 2%, du lait écrémé et du mi-écrémé ; c’est juste pas pratique.

9. Les huit scaroles par Jake Blanton, ancien serveur pendant 10 ans en Virgine, Caroline du Nord et Californie

Certains établissements achètent leur salade d’accompagnement dans des bocaux, ensuite, ils ajoutent quelques ingrédients, comme du fromage ou des herbes aromatiques et appelle ça « fait maison » sur le menu.

10. Oh non ! Pas un thé ! par Christopher Fehlinger, chef de salle dans un grand restaurant Newyorkais

Comment s’assurer que votre serveur finisse par vous haïr ? Demandez un thé chaud. Pour une raison inconnue, une entreprise qui a réussi à manufacturer tout le reste n’a pas réussi à la faire pour ça. Il faut prendre un pot, faire bouillir de l’eau, prendre les citrons, le miel, apporter une tasse et une cuillère. Beaucoup de travail pour trop peu de reconnaissances.

11. Pourboires centralisés par Christopher Fehlinger

Dans beaucoup de restaurants, les pourboires sont centralisés, donc si vous vous êtes accroché avec votre serveur, vous pénalisez le barman qui a préparé vos boissons, celui qui vous a servi de l’eau, parfois les hôtesses, ceux qui apportent les plats et peut-être les autres serveurs.

12. Les bons œufs brouillés par Jake Blanton

Même dans le meilleur buffet de petit-déjeuner  du monde, 99 fois sur 100, le grand plat d’œufs brouillés est fait à base de poudre.

13. J’y suis pour rien par Judi Santana

Les gens pensent que parce que votre plat a pris beaucoup de temps, c’est la faute du serveur. 9 fois sur 10, c’est la faute de la cuisine. Ou dû au fait que vous avez demandé un burger bien cuit.

14. Tu sais que je sais par Caroline Radaj, serveuse dans un club privé à Milwaukee

Si vous êtes avec la femme qui n’est pas votre femme, vous êtes beaucoup plus gentils avec nous, probablement parce que vous savez que nous savons qu’elle n’est pas votre femme.

15. Habitué choyé par Chrisotphe Fehlinger

C’est beaucoup plus facile d’être reconnu comme un habitué les lundis, mardis ou mercredis. Une fois reconnu comme tel, de bonnes choses vous arrivent. Vous verrez votre verre de vin se remplir sans qu’il soit compté sur l’addition ou encore le chef vous apporter des choses à déguster.

16. La Saint Val’, c’est mal par Steve Dublanica

Évitez la fête des mères ou la Saint Valentin comme la peste. C’est la cohue totale et ils prêteront moins attention à la qualité. De plus, ils font un menu spécial où tout est hors de prix.

17. Un steak-truite ?! par Derek Dudley, serveur dans une pizzeria de Phoenix

Si le restaurant est plein et votre enfant timide, je vous en prie, commandez pour lui. Les gosses peuvent mettre un temps fou à se décider ou alors ils murmurent et on n’entend rien. Tout ça pendant que la table d’à côté vous crie de venir.

18. Pourboires et tickets resto par Judi Santana

En général, ceux qui laissent le plus de pourboires sont les gens des classes moyennes ou ceux qui ont travaillé pour avoir tous ce qu’ils possèdent et pas vraiment les riches ou les héritiers de fonds. Ce qui ne veut pas dire que nous sommes contre les tickets restaurants. Mais si vous en utilisez, laissez un pourboire calculé sur le montant que l’addition aurait été sans en avoir utilisé.

19. Meetic fait d’autres heureux par Jeremy Burton, serveur dans un restaurant de grillades dans le Michigan

Les premiers rendez-vous, et surtout les rencarts suite aux rencontres sur Internet, sont excellents pour les pourboires. On sait qu’il va certainement commander une bouteille de vin et laisser un pourboire de 20 à 25% juste parce qu’il veut bien se faire voir.

20. Il est pas frais mon poisson ?! par Steve Dublanica

Ne commandez pas de poisson le dimanche ou le lundi. Les livraisons de poisson sont faites en général deux fois par semaine donc du Mardi au Vendredi, c’est beaucoup mieux. Sinon, demandez quand le restaurant se fait livrer.

21. « C’est une de nos spécialités !… Mais c’est dégueu. » par une serveuse dans une chaine de pizzeria bien connue

Nous n’avons pas le droit de dire au client que nous n’aimons pas un plat. Donc, si vous demandez à votre serveur comment il trouve un plat et qu’il répond « C’est l’un de nos plats les plus appréciés », il y a des chances qu’elle ne l’aime pas.

22. N’en a plus. Ah si, n’en a ! par une serveuse dans un restaurant mexicain de Manhattan

Si quelqu’un commande une boisson glacée qui est embêtante à faire, je réponds, « On n’en a plus. Désolée ! » quand je ne veux vraiment pas en faire. Mais si à la place vous demandez un verre d’eau, d’un coup, je me souviens qu’on a ce que vous avez demandé originellement, car je ne veux pas perdre votre consommation sur l’addition.

23. Un peu de chaleur par Chris

Si vous faites un esclandre en demandant à ce qu’on vous réchauffe votre soupe qui ne l’est pas assez à votre goût, nous aimons prendre votre cuillère et la passer sous l’eau bouillante. Ainsi, lorsque vous mettez votre cuillère à la bouche, vous allez avoir l’impression – souvent la douloureuse impression – que votre soupe est bien chaude.

24. Et tu tapes, tapes, tapes… par Charity Ohlund

Oh, vous avez tellement besoin d’une autre bouteille d’eau que vous êtes obligés de claquer des doigts, des mains ou de siffler ? J’arrive tout de suite… dans 10 bonnes minutes.

25. Sympa, la serveuse par une serveuse dans un restaurant mexicain de Manhattan

Parfois, si vous avez été particulièrement sympa avec moi, je dirai au barman « Donne-moi une margarita et ne la compte pas sur la note ». Ça lèse le restaurant mais ça m’aide moi car vous me le rendrez sur le pourboire et le management n’y verra que du feu.

26. Big Brothers du serveur par Charity Ohlund

Si vous avez une altercation avec un serveur pendant votre dîner et que tout à coup les autres serveurs viennent remplir les verres ou débarrasser les assiettes ou alors vous remarquez un serveur qui remplit doucement la salière et la poivrière à la table d’à côté, vous pouvez présumer qu’ils sont en fait en train d’écouter et iront répéter à votre serveur.

27. Service personnalisé par JR, serveur et blogger

Appelez votre serveur par son nom. Si je dis « Salut, je suis JR et c’est moi qui vais m’occuper de vous », j’adore si vous dites « Salut JR, comment allez-vous ce soir ? » Ainsi, à votre prochaine venue, vous pourrez demander le même serveur. Il ne souviendra probablement pas de vous mais il saura que vous l’avez demandé et sera plus particulièrement à votre écoute.

28. Faites-nous rêver par Charity Ohlund

Faites confiance à votre serveur. Dites quelque chose comme « Eh, c’est notre première fois ici. On aimerait que vous nous fassiez découvrir ce que vous faites. Voilà notre budget. » Votre serveur se démènera avec joie pour vous.

29. Maman, j’aime pas grand-mère par Christopher Fehlinger

Si vous n’aimez pas un plat, ne vous forcez pas à tout manger en jouant le martyr pour vous en plaindre après. Si vous n’aimez pas, ne le mangez pas. Renvoyez le plat et commandez autre chose.

30. Fête des mères, mais fête quand même par Melissa McCracken, serveur à Hawaii

Une fois, à la fête des mères, une vieille dame est venue seule et m’a dit que ses enfants ne pouvaient pas être avec elle cette année mais qu’ils lui avaient envoyé un bon pour un repas. Alors j’ai dit à mon manager que nous devrions faire quelque chose de spécial pour elle. J’ai dit à la dame de revenir plus tard avec une amie et d’utiliser alors son bon car ce soir, son repas était pour nous. Nous ne lui avons pas facturé son dîner et je me suis assise avec elle pendant son dessert et elle a parlé de ses enfants. Mes collègues furent heureux de s’occuper de mes autres tables durant ces 15 minutes. La femme dit qu’elle se souviendrait de ce dîner toute sa vie.

Sources:  20 Secrets Your Waiter Won’t Tell You et 30 Secrets Your Waiter Won’t Tell You

Visualisation du déclin des 4 principaux empires coloniaux

26/11/2009 Comments off

Voici une illustration de ce qu’Internet peut faire maintenant pour la culture. Rappelez-vous vos cours sur les empires coloniaux : l’Angleterre, l’Espagne, le Portugal et la France. Bien, vous vous rappelez de quoi ? Pas grand chose ? Moi, non plus. Et bien voici qui va vous rafraichir efficacement la mémoire.

Ce que vous allez voir et le fruit du travail de Pedro M Cruz. Il a représenté les 4 grands empires dans des bulles. La taille des bulles représente la superficie de l’empire concerné. En bas à gauche défilent les années de 1800 à aujourd’hui. Le reste de l’animation se suffit à elle-même. Je vous laisse découvrir que finalement l’histoire-géographique, ça aurait pu être vraiment fun au lycée.

Le vaccin contre la grippe A H1N1 est-il inoffensif ?

26/11/2009 Comments off

Hier est apparu sur le net le fruit des investigations et du travail visuel d’un des gars du blog Information Is Beautiful. Le billet, originellement intitulé « Is the H1N1 Swine Flu Vaccine Safe?« , a pour principal objet un grand schéma récapitulatif des principales données connues sur le vaccin contre le virus de la grippe A « H1N1″. L’auteur de ce visuel a fouillé auprès de sources sûres (disponibles sur ce doc) pour parvenir à ce résumé visuellement réussi de ce qu’il faut savoir sur le sujet.

Devant le succès qu’a son billet sur Digg et Twitter, je me suis dit qu’il serait bon de le traduire en français afin de le rendre accessible à nos amis francophiles. C’est chose faite. En passant, attardez-vous sur le site Information Is Beautiful. Une mine d’or.

Tout ce qu'il faut savoir sur le vaccin contre le virus H1N1

Tout ce qu'il faut savoir sur le vaccin contre le virus H1N1

Comment faisaient les hommes préhistoriques myopes ?

16/11/2009 un commentaire

Voilà une magnifique question inspirée par ma chère et tendre. Oui, je sais que vous voudriez tous d’une fille qui pose ce genre de questions tellement géniales. Mais mine de rien… C’est une excellente question ! Comment faisaient les hommes préhistoriques myopes ? Je parle ici de la myopie en particulier mais tout autre dysfonctionnement de l’acuité visuelle irait tout aussi bien.

De nos jours, on estime qu’environ 26% de la population mondiale souffre de myopie, les plus touchés étant les asiatiques. Pour rappel, un myope voit mieux de près que de loin. Cette déficience visuelle est due, pour schématiser, à un œil trop long provoquant la rencontre des rayons lumineux devant la rétine plutôt que dessus. Donc, la principale cause de la myopie est génétique. D’ailleurs, certaines études suggèrent que la myopie pourrait être héréditaire jusqu’à 89% avec parfois saut d’une génération. OK. Donc, « hérédité de la myopie » : check.

Pauvres chats myopes...

PAF! Pauvres chats myopes...

Bon, maintenant, rapprochons-nous de la question originelle en rappelant un principe de base de la théorie évolutionniste de Darwin : la « sélection naturelle » : les individus différent les uns des autres, ceux qui sont les plus adaptés survivent et se reproduisent davantage provoquant par hérédité la prévalence de leurs caractéristiques avantageuses. Cela veut donc dire que les individus doués de caractéristiques désavantageuses tendent à disparaître. OK. Donc, « sélection naturelle et les plus faibles y meurent dans d’atroces souffrances » : check.

Théorie de l'évolution

Théorie de l'évolution

Bien. Revenons complètement à notre question originelle maintenant. Comment faisaient les hommes préhistoriques myopes ? La première idée menant à une vague paire de lunettes n’arrive qu’au XIIIè siècle. Donc, Lucy et ses potes ne peuvent pas trop compter dessus. Pardon? Non, sur les lentilles de contact non plus. Rappelons-nous de la vie à cette époque qui est assez loin de notre métro-boulot-dodo et tient plus du chasso-baiso-dodo. Le myope à la chasse, à la pêche ou même à la cueillette est assez désavantagé par rapport à ses potes non-miros. A l’époque, c’est chacun pour sa gueule. Le premier qui voit le gibier et le tue à coup de sagaie a le droit au festin. Les autres peuvent rentrer chez eux bredouilles… ou plutôt « brocouilles » comme on dit dans le bouchonois. Et puis, les conflits ne se réglaient pas vraiment à coup de parlementations, de manifestations pacifistes et de contrôle de soi. Non. C’était plutôt « T’es pas content ? Bah, gros coup de gourdin dans ta tronche. PIM ! Vala. Maintenant, tu vois encore moins bien avec les yeux DANS ton crâne. Ahaha ! » Va esquiver le gourdin, la lance ou quoi que ce soit quand tu vois pas à 20 centimètres. Donc à priori, le caractère héréditaire de la myopie à l’époque préhistorique n’était pas vraiment avantageux vis-à-vis de la sélection naturelle.

Alors comment se fait-il qu’aujourdh’ui, un de mes potes sur quatre soit myope ? Y a pas un hic dans le Darwin ? Pourquoi la myopie n’a pas disparu d’elle-même ? La seule explication que je vois c’est que les myopes préhistoriques ne voyant pas bien de quoi avait vraiment l’air leurs femmes, copulaient donc bien plus souvent que les autres pauvres bon voyants. (Z’avez vu une photo de Lucy ?) Ce qui nous rappelle ce bon vieux (et faux) dicton : « Au royaume des aveugles, les moches sont reines. »

Quels visionnaires ces myopes préhistoriques !

Crédit images : D-Evolution

L’implantation de McDonald’s en France

13/11/2009 Comments off

Cette année le 11 novembre tombait un mercredi. Occasion de poser deux RTTs et de partir en Bretagne rejoindre la famille et l’île d’Ouessant. Mais le Finistère n’est pas la porte à côté. Six heures de route environ. Du coup, inévitablement, on prévoit de manger le midi sur la route. Pour cela on a toujours l’heureuse possibilité d’un sandwich hors de prix dans une station Total sur l’autoroute. Mais lorsqu’un on n’est pas plus sur l’autoroute, où se restaurer ?

C’est là qu’on peut compter sur notre pote McDonald’s ! Le géant américain de la restauration rapide est présent partout sur le territoire français. Il suffit de décoller les yeux du bitume et de s’attarder sur les petits panneaux le long des routes pour voir au bout de 5 minutes le panneau salvateur pour les petits creux indiquant « McDonald’s, à 5 minutes, direction Lamballe ». Et d’entendre un grand « ouf » de soulagement au sein de ma 206.

Il y a toujours un McDo près de chez vous

Il y a toujours un McDo près de chez vous

Je n’aborde pas ici le sujet de la mal-bouffe, de la mondialisation, de l’obésité, de maltraitance des animaux et tous les sujets qui collent à la peau de ce bon vieux Ronald. Non. Je veux juste essayer de voir l’évolution de l’implantation des restaurants, pour la majorité franchisés, de la chaine. Aussi je file sur le site officiel, sur wikipedia, sur google,  sur des sites d’analyses économiques pour glaner le maximum d’informations. Pas facile de trouver les chiffres exacts années après années. On en trouve des différents pour une même année. Au final voilà le fruit de mes longues recherches :

Evolution du nombre de restaurants McDonald's en France

Evolution du nombre de restaurants McDonald's en France

Depuis 1979, date de l’ouverture du premier McDo français  (je reviens dessus en fin d’article), on est donc sur un rythme moyen de 40 ouvertures annuelles. Cela fait donc environ 1200 McDos pour 64 millions de français en 2009 : soit un établissement pour 53.000 habitants. Pas mal, non ? A noter, qu’il n’y a aucun McDo en Corse ! Aux États-Unis, ce sont 13.000 McDos qui « bourreletisent » 305 millions d’amerlocs soit, ce coup-ci, un établissement pour 23.000 habitants. On a encore de la marge ! Chez nous, il nous reste de la place, contrairement à nos amis d’outre-atlantique comme en témoigne cette carte des implantations de fast-foods McDos sur le territoire américain.

Implantation de McDonald's aux Etats-Unis. La place va bientôt leur manquer...

Implantation de McDonald's aux Etats-Unis. Cliquer pour agrandir.

Revenons sur la date du premier McDonald’s en France. Officiellement, c’est 1979, comme l’affiche fièrement l’établissement Strasbourgeois concerné. « Happy Birthday chez nous, Ronald ! V’la ton Happy Meal ! » Bien. Pourtant, dans les années 70, certains d’entre nous ont pu manger dans des McDonald’s du côté de Créteil ou même des Champs-Elysées à Paris. Comment est-ce possible ? Citons ce brillant article :

Au début des années 70, Raymond Dayan, un homme d’affaires vivant aux États-Unis, ouvre plusieurs McDonald’s à Chicago.[…] M. Dayan persuade la direction de lui confier l’exploitation de l’enseigne pour la France et obtient une franchise qui lui accorde le droit de créer plus de 150 établissements. Il installe un premier restaurant en 1972 à Créteil puis un second sur les Champs Elysées à Paris un an plus tard. En 1977, alors que l’homme d’affaires a ouvert 12 McDonald’s à Paris […], la chaîne lui propose de racheter ses différents fast-food, ce qu’il refuse. McDonald’s envoie alors des équipes d’inspecteurs dans ces restaurants. Verdict: les établissements ne respectent pas les règles d’hygiène, de qualité et de service de l’enseigne américaine.

Du coup McDonald’s met fin au contrat de franchise et Raymond Dayan qui saisit la justice américaine, perd son procès mais garde tout de même ses restaurants, sous condition d’en changer le nom. Il fonde alors la chaîne O’Kitch.

Pauvre Raymond !

La Seine ne coule pas à Paris

26/11/2008 Comments off

Et oui ! Si on prend la définition stricte d’un affluent, c’est en fait l’Yonne qui passe à Paris ! En effet, la Seine et l’Yonne se rejoignent à Montereau-Fault-Yonne, une petite ville en amont de Paris. Or l’Yonne a un débit supérieur à celui de la Seine. Au sens strictement géographique, c’est donc la Seine qui est un affluent de l’Yonne, et non l’inverse comme il est généralement admis. Après leur point de confluence, c’est donc l’Yonne qui passe à Paris.

Comment faisait-on avant Photoshop ?

16/06/2008 Comments off

Vous connaissez sûrement le travail du photographe français Jean-Paul Goude. Si vous êtes parisien, vous êtes forcément tombés nez à nez devant ses photos hors du commun de Laetitia Casta sur des publicités pour les Galeries Lafayette. Il s’est aussi illustré dans pas mal de campagnes publicitaires pour de grandes marques comme Kodak (les petits lutins qui s’échappent d’une diapositive, vous vous souvenez ?), Perrier, Citroën, Chanel et tant d’autres. A chaque fois, on reconnaît sa patte avec ses couleurs et mises en scène improbables. C’est bon, vous remettez le style de l’animal ?

Bien. Ce monsieur officie depuis un moment, maintenant, et ce, avant même qu’Adobe, éditeur du célèbre logiciel de retouche d’images professionnel Photoshop, ne sorte son fameux outil à sublimation par lequel passent toutes les photographies qui nous sont données de voir dans les magazines. Et pourtant, il s’en sortait très bien pour produire des visuels hallucinants. Observez bien cette pochette du disque « Island Life », sorti en 1986, de la chanteuse Grace Jones. (Au passage, Goude aura un fils avec la chanteuse callipyge. Sacré Jean-Paul !) Rien ne vous choque ?

Pochette de Grace Jones par Jean-Paul Goude

Cliquer sur l’image pour agrandir

L’arabesque réalisée par Grace est tout simplement impossible à faire. C’était précisément l’objet du visuel : créer une illusion crédible. Alors Goude, 2 années avant la sortie de ‘Toshop, a fait avec les moyens du bord : il a photographié le modèle dans diverses positions, a utilisé des boites pour faire tenir les différentes parties du corps découpées et a enfin combiné les images pour donner le visuel assez incroyable de la pochette. Visez plutôt les étapes suivantes :

Etape de construction de la couverture du disque de Grace Jones par Jean-Paul Goude

Impressionnante qualité de rendu, non ? Talentueux Jean-Paul Mc Gyver Goude.

via

L’amarsissage de Phoenix a réussi !

26/05/2008 Comments off

Un évènement que j’attendais avec impatience s’est déroulé cette nuit entre 1h et 2h du matin, heure française : l’atterrissage sur Mars (on dit un « amarsissage ») de Phoenix, lancé depuis Cap Canaveral en septembre 2007. La NASA avait annoncé que 2 flux seraient disponibles en direct live pour suivre l’évènement en ligne. Ils n’avaient pas menti ! Je me suis régalé !

Ça y est ! L‘amarsissage s’est déroulé comme sur des roulettes et on a pu le suivre en direct live via les 2 flux mis à disposition par la NASA.

C’était vraiment intense. Un vrai suspens. Phoenix a transmis ses données en temps réels tout le long. Ces signaux traversant l’espace à la vitesse de la lumière auraient pu être interrompus durant la séquence ultime appelée les « 7 terribles minutes » que dure la phase d' »entrée, descente et amarsissage » mais tout s’est bien passé.

L'amarsissage de Phoenix

L’entrée, la descente de l’amarsissage de Phoenix : les 7 terribles minutes. (Cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Pourtant c’était pas gagné. En 7 minutes, le transporteur a dû passé d’une vitesse de près de 6 kilomètres par seconde à celle de 3 mètres par seconde. Une pression de 9G ! Bonjour la révision des plaquettes de freins chez Speedy demain matin !. Pour « freiner », Phoenix a utilisé les frictions avec l’atmosphère marsienne, puis le déploiement d’un parachute et enfin des petits propulseurs. L' »atterrissage » s’est fait sur des airbags supportant le poids du transporteur chutant à la vitesse finale.

A chaque phase, on pouvait voir sur le graphique de transmission les différents signaux annonçant le déclenchement et/ou le bon déroulement des instructions. Chaque nouveau signal provoquait la liesse chez les ingénieurs de la NASA. Le décompte des altitudes décroissante était insoutenable. Le signal de « touchdown » apparait. Phoenix cesse d’émettre. Mission accomplie ! Explosion de joie dans la salle de contrôle, tous les ingénieurs se prenant dans les bras et se félicitant. Dans quelques heures, les premières images vidéos nous arriveront.

Phoenix va donc passer les 90 prochains sols (un « sol » est un jour martien. Il dure 40 minutes de plus qu’un jour terrien) à explorer le sol et l’atmosphère du pôle nord de la planète Mars. Armé de 7 outils sophistiqués, l’appareil a pour mission d’étudier la possibilité de la vie sur Mars en étudiant la glace située dans cette partie de Mars.

Structure de Phoenix

La structure de Phoenix

Pfffiou. Imaginez la précision des calculs qui ont été réalisés pour arriver un timing aussi parfait. En effet, Phoenix est arrivé à bon port à l’heure exacte annoncée, à la minute près ! Et elle avait été annoncée bien avant le lancé en septembre dernier. Et si la NASA rachetait la SNCF ? En tout cas, moi ça me laisse rêveur. Je suis fasciné. Je resterai un éternel gamin devant de tels exploits spatiaux. Je connais un papa qui pense comme moi. (C’est le mien :D)


Les dernières secondes et la joie des ingénieurs de la NASA

Je vais me coucher, tiens, pour me remettre de toutes ces émotions.