Archive

Archives pour la catégorie ‘Le Coin d’Alconis’

Une belle affiche pour le France-Brésil de février prochain

L’agence parisienne DDB nous offre cette magnifique affiche pour promouvoir la prochaine rencontre entre l’équipe de France et l’équipe du Brésil de Football, le 11 février prochain. (Le lendemain de mon anniversaire ! Pensez-y ! 😉

Cliquez pour agrandir

Categories: Design & Marketing Tags: ,

30 logos qui parlent d’eux-mêmes (bis)

Vous aviez adoré la première fournée de 30 ! Si, si. Je le sais, j’ai les statistiques. Alors, pour votre plus grand plaisir, voici une seconde fournée de 30 logos dont le design dit le maximum avec le minimum et colle à merveille avec ce qu’il représente. Laissez-vous inspirer !

Cliquez sur une des images pour agrandir, naviguer et voir les légendes.

via

Categories: Le Coin d'Alconis Tags: ,

23 designs originaux s’inspirant du puzzle

Amis lecteurs, je vous friands de design. Vous aviez aimé la pissotière écolo, les stickers trompe-l’oeil, les logos qui parlent d’eux-mêmes et la revanche des cabanes de fond du jardin. Alors voici, aujourd’hui pour votre plus grand plaisir, 23 objets de la vie de tous les jours dont le design s’inspire des pièces de puzzle.

Son aspect ludique, sa propriété modulaire et déclinable à souhait en forme et en couleur font du puzzle et de ses pièces un élément de design qui encourage naturellement à allier l’utile à l’agréable. Toutes les pièces de la maison peuvent en profiter de la cuisine à la cave à vin en passant par votre jardin. Je vous laisse découvrir cela par vous-même. C’est parti !

Ne pas s'asseoir fesses nues sur ce tapis sous peine d'avoir quelques marques incongrues

Puzzle Rug

Celui-ci parait déjà plus moelleux ! Regardez comme elle est heureux à écouter sa musique avec des fesses sans marques

Puzzle Carpeting

Petite pause café ou dessin pour les plus jeunes sur cette petite table en bois

Solid Beech Table

Cette table habillera votre prochaine discothèque à merveille.

Puzzle Table and Chair Set

Passons à la cuisine avec cet admirable découpeur de sandwich façon puzzle

Puzzle Sandwich Cutters

Les réveils sont déjà assez durs comme cela mais maintenant il faut reconstituer le puzzle pour l'arrêter...

Puzzle Clock

Ah ! Là, on cause ! Planche à découper et réel usage du côté puzzle avec ces petits plateaux. Idéal pour le fromage ou le saucisson.

Puzzle Serving Board

Une autre planche ! o/ Mais ce coup-ci on peut même y accrocher son verre de vin. Parfait.

Puzzleboard

Baissez les yeux. Qu'il est beau mon parquet puzzle. Pièces de différents formats disponibles et 13 coloris

Puzzle Floor

"Miroir, mon beau miroir... Dis-moi qui... euh... a la face la plus morcelée ?"

Mirror Puzzle

C'est y pas astucieux ce matelas qui optimise à merveille la place occupée ? Et non, il n'y a pas de trou quand on dort, réfléchissez un peu

Puzzle Bed

Ce petit lecteur MP3 n'a que le look du Puzzle. C'est déjà ça 🙂

Puzzle Shaped MP3 Player

Vous avez sûrement déjà vu ces lampes puzzle. Et bien vous voyez que si vous en achetez plein... vous pouvez en mettre plein ! o/

Puzzle Lamp

Une soudaine envie de détruire quelqu'un ou quelque chose ? Pas de problème ! Prenez-vous en donc à mon fauteuil !

Puzzle Chair

Des rangements sans boite ? Ah non... "s'emboitent".

Puzzle Storage

Les étagères pour enfants. Puzzle pour 5 ans et moins.

Puzzle Bookshelf

Le cuisinier hors paire que je suis (je vous assure y'en a pas 2 comme moi) usera à volonté de cet emporte-pièce.

Cookie Cutter

Venez digérer et vous lover dans mes gros coussins puzzle. Ah, on est bien !

Puzzle Pillows

Les geeks ont droit aussi à leur clef USB puzzle.

2GB USB Drive

L'oenologue averti pourra agrandir progressivement sa cave à vin en optimisant la place

Puzzle Rack

Même esprit que la table de boite de nuit, mais pour chez vous. Ne le remplissez pas d'eau pour faire jaccuzi.

Puzzle Sofa

Le puzzle au banc des Jacques usés.

Puzzle Bench

Y'en a pour toute la famille ! Même les poissons rouges ont droit de jouer au puzzle.

Puzzle Fish Aquarium

via

Categories: Le Coin d'Alconis Tags: ,

Coup de gueule contre les « Coup de Foudre »

Chaque jour, je prends une minute de mon temps pour compulser le programme télé du soir pour savoir s’il va falloir que je lance mon client bittorrent passe chez le loueur de DVDs pour pallier la désormais habituelle et misérable pauvreté des grilles TV françaises.

Comme d’habitude, je constate que TF1 est devenue une chaine sans aucun intérêt, qui ne sait pas innover et ne fait que miser sur des séries et/ou émissions qui ont fait leur preuve mais dont le public s’est déjà lassé mais regarde quand même faute de mieux. Exceptés les rares soirs de diffusion de l’émission Rendez-Vous en Terre Inconnue qui entretient l’infime espoir d’un service public regardable, les chaines du groupe France Télévision s’enfoncent dans les téléfilms gnangnans permettant à des acteurs français ringards d’arrondir leurs fins de mois (en plus de leurs apparitions navrantes dans les pubs omniprésentes). M6 nous ressert chaque semaine les mêmes sujets dans ses Capital et autre Zone Interdite. Bref, la télévision française est au plus bas. Seule Canal+ essaye d’égayer nos soirées avec des séries innovantes. Mais Canal+ est une chaine pour nantis. La culture ne reste accessible qu’à ceux qui peuvent se la payer.

Bon, c’est au milieu de ce capharnaüm de déjà-vu, de réchauffés, d’émissions people racoleuses et de séries maladroitement doublées et censurées que mes yeux essayent de se frayer un chemin. Quand tout à coup, ces pauvres derniers tombent sur le programme de 20h30 de Canal+ ce soir : « Coup de Foudre à Rhode Island ».

OK. Combien de fois avez-vu lu ce type de titre ? Des dizaines de fois rien que dans l’année, je suis sûr. Vous avez du mal à vous rappeler exactement ce qu’est celui-là. C’est celui avec Julia Roberts ? Ah non, c’est celui avec Jennifer Aniston… Ou Jennifer Lopez ? Bon, vous finissez par vous rendre à l’évidence : le titre ne vous permet pas d’identifier le film et donc de savoir si vous l’avez déjà vu ou pas. (Oui, car nos copines sont friandes de ces comédies romantiques et il faut bien les regarder avec elle si on veut pouvoir jouer à Starcraft 2 tranquilles après) Aussi, vous ne regardez pas le synopsis du film, vu qu’il est le même pour tous les films du genre, mais vous allez directement à la section acteurs. Alors, c’est avec… Steve Carell et Juliette Binoche. Merde ! Tout faux.

Super ! Ces américains ont vraiment aucune imagination et aucun scrupule à sans cesse copier les films qui ont marché, de leur scénario romantique jusqu’au titre. Vous êtes dans votre mini-furie anti-diktat-américain habituelle quand vos yeux tombent par inadvertance sur cette ligne : « Titre original : Dan in Real Life« . Ah ! Mais… Ça n’a rien à voir avec un quelconque « coup de foudre » en fait. Et si j’allais voir ce qu’il en est de tous les « Coup de Foudre à pétaouchnoque » like sur IMDB pour voir :

  • Coup de Foudre à Seattle (2009) : Love Happens
  • Coup de Foudre à Rhode Islande (2008) : Dan in Real Life
  • Coup de Foudre à l’Italienne (2007) : Everybody Wants to be Italian
  • Coup de Foudre en Toscane (2005) : Shadows in The Sun
  • Coup de Foudre à Bollywood (2004) : Bride and Prejudice
  • Coup de Foudre à Manhattan (2003) : Maid In Manhattan
  • Coup de Foudre à San Francisco (2003)
  • Coup de Foudre au Plaza (2000) : It Had To Be You
  • Coup de Foudre à Notting Hill (1999) : Notting Hill
  • Coup de Foudre à Hollywood (1997) : Just Write
  • Coup de Foudre à Charleston (1990) : Don’t Tell Her It’s Me
  • Coup de Foudre dans l’Orient Express (1985) : Romance On The Orient Express

Allez, pour le plaisir de tous toutes, je vous mets même les affiches pour que ça vous rappelle ce que c’est et surtout les acteurs qui jouent dedans.

Donc, maintenant, on comprend une chose sur la démarche de diffusion en France : quand un film est trop pourri pour susciter l’intérêt pour ce qu’il est, on lui affuble un titre qui va rappeler un succès retentissant lointain et directement le catégoriser dans « Comédie Romantique ». On imagine bien dans les grandes boites de productions françaises dans le bureau du responsable de l’import et de la diffusion sur les écrans tricolores :

  • Une histoire d’amour entre un ange et un diablotin ? Coup de Foudre dans le Ciel
  • Une histoire d’amour entre deux chiens ? Coup de Foudre au Chenil
  • Une histoire d’amour entre deux français avec un accent bizarre ? Coup de Foudre chez les Ch’tis
  • Une histoire d’amour entre deux étrangers dans l’avion qui les ramènent chez eux ? Coup de Foudre chez les Roms
  • Une histoire d’amour entre deux couturiers fans de saucisses ? Fous de Coudre à Francfort
  • Je vous laisse vous déchainer dans les commentaires pour étendre le concept à l’infini 🙂

Bref, vous l’avez compris, ce billet est un énième coup de gueule contre cette vulgarisation française qui sacrifie la diversité culturelle sur l’autel des profits. Pour aller plus loin (et de façon beaucoup plus sérieuse), je vous propose de poursuivre sur ce sujet en parcourant cet article fort intéressant publié sur Slate.fr : Comment retitre-t-on un film américain pour sa sortie française? Un must read pour quiconque voudrait comprendre et condamner avec moi et en connaissance de cause cette dénaturalisation à la française que l’on retrouve et que j’ai déjà décriée maintes fois sur ce blog au sujet des séries américaines diffusées chez nous.

Franchement. C’est si dur que ça de laisser le titre originel et/ou l’adapter simplement en français ?

Categories: Le Coin d'Alconis Tags:

Est-ce la fin de l’ère Pixar ?

L’ère Pixar : 15 années de succès pour le plus grand studio d’animation du monde

Ceux qui me connaissent personnellement ou me lisent régulièrement ici-même savent combien je suis un fan incontesté des studios d’animation américains Pixar. Au delà du tour de force d’avoir réussi à sortir 11 films d’animation à succès sur 11, j’ai toujours considéré les gens de chez Pixar et leur façon de travailler comme des modèles. J’ai d’ailleurs dévoré le livre To Infinity and Beyond!: The Story of Pixar Animation Studios (Attention il est en anglais) qui décrit à merveille la montée en puissance et l’histoire des studios de leurs rachats par Steve Jobs à leur acquisition par Disney. On y apprend d’ailleurs que l’apparente sérénité et facilité qui se dégagent de ce parcours sans faille est surtout le fruit d’un travail acharné, sans retenu, passionné et total de John Lasseter, Ed Catmull, Steve Jobs et de tous les différents réalisateurs, animateurs, graphistes, scénaristes, storyboaders, art designer, et j’en oublie, qui ont rendu ce que Pixar est aujourd’hui : le précurseur, le maitre incontesté et le visionnaire du film d’animation.

Tout va bien dans le meilleur des mondes, donc.

Et puis, il y a eu l’affaire Newt.

L’affaire Newt : premier échec avéré des studios Pixar

« Newt » ? Mais qu’est-ce donc, vous allez me dire. Newt était un projet de film de Pixar au pitch des plus amusant :

les deux derniers spécimens de tritons aux pieds bleu sont forcés de s’accoupler pour perdurer leur espèce. Manque de bol, le mâle et la femelle triton ne peuvent pas se blairer. C’est mal barré pour la survie de l’espèce.

Encore une fois, on sent la volonté des studios de donner la priorité aux histoires, à l’art de raconter. Mais en mai 2010, une chose va se passer qui était alors impensable : Pixar a annulé la production de Newt !

Newt, le dernier représentant des tritons à patte bleu, a bel et bien disparu

Incroyable ! Pixar serait faillibles. Ce seraient des hommes comme les autres qui sentiraient enfin le goût amer de l’échec. Lorsque j’ai lu le bouquin dont je vous parle plus haut, on apprend comment les leaders des studios ont réussi par deux fois à remonter la pente alors que tout semblait perdu à force de travail, de courage et de motivation. Mais là, il semble que Newt, fort d’un pitch alléchant et donc d’une histoire qui tient la route, n’ait pas pu bénéficier de cet engouement collectif à sauver la mise lorsque  tout va mal. Et pourtant, vient de nous arriver tout un tas d’artworks de Newt que je vous propose de découvrir ci-après.

Tellement beau et inspiré ! Comment a-t-on pu annuler un tel projet ? Que se passe-t-il ? Commencerait-on à ne plus avoir la force d’assumer de nouveaux projets ambitieux ? Avec un tel palmarès irréprochable à ce jour, on attend de Pixar qu’ils continuent à l’être. Personne ne pouvait s’attendre à l’annulation pure et simple d’un projet prometteur. Quelque chose cloche au pays magique de Pixar. Mais ce n’est pas tout.

Maitre incontesté de l’originalité scénaristique, Pixar tombe dans la spirale des suites

On pourrait se dire que Newt n’est qu’un échec car il n’était peut-être pas à la hauteur des espérances internes. Qu’il valait mieux laisser tomber le film qui n’aurait pas été en adéquation avec les attentes qualitatives de studios et de ses fans.  Qu’il faut faire confiance aux décideurs de chez Pixar comme on a eu raison de le faire jusqu’ici. Admettons. Mais Newt était prévu pour sortir en été 2011. Que va-t-on avoir à la place ? Que se prépare-t-il dans les cartons ?

  • Toy Story 3, sorti le 14 juillet 2010
  • Cars 2, sortie prévue le 13 juillet 2011
  • Brave (anciennement  « The Bear and the Bow »), sortie prévue pour le 15 juin 2012
  • John Carter of Mars (Premier volet d’une trilogie en prise de vue réelle avec des effets spéciaux made in Pixar) sortie prévue pour l’été 2012
  • Monstres & Cie 2, sortie prévue le 16 novembre 2012

Bien trop de chiffres dans cette liste ! Vraiment, c’est à se poser des questions. Jusqu’ici les suites ont été à la hauteur des opus précédents. En effet, la série des Toy Story pulvérise tous les records d’entrées, preuve que ce que John Lasseter avait dit concernant les suites se vérifie pour le moment : « Si l’on fait une suite à un de nos films, c’est que l’on a une histoire au moins aussi bien. »

Mais lorsqu’on connait les chiffres de popularité du premier Toy Story et l’affection que lui porte le public qui a grandi avec les personnages, il parait assez normal d’anticiper le succès d’un suite. Que va-t-il en être pour la suite du Pixar qui a en le moins de succès jusqu’ici, Cars ? Son scénario, aussi supérieur au premier puisse-t-il être, suffira-t-il à faire de Cars 2 un succès total ?

Faisons-leur confiance !

Bref, en effet, on peut se poser pas mal de questions. Je ne m’étendrai pas ici sur les différents films estampillés Pixar à venir. Ils feront l’objet de bien d’autres billets. Pixar a réussi jusqu’à présent le parcours sans faute sur 11 films en 15 ans. C’est indéniable, ces gens-là ne sont pas tombés de la dernière pluie et savent ce qu’ils font. Ils ont surmonté tant d’embuches, tant de problèmes qu’ils ont acquis l’expérience suffisante pour éviter les faux-pas. Faisons-leur confiance. Nous ont-ils déçu par le passé ? N’ont-ils pas, à chaque fois, repoussé les limites de l’animation tant sur le côté technique que artistique ? Gageons que ce fut un déchirement et une terrible déception d’avoir dû prendre la décision d’arrêter la production d’un projet comme Newt. Mais ce sont sûrement de bonnes raisons qui ont fait qu’une telle décision DEVAIT être prise.

Alors, toi, internaute très motivé pour m’avoir lu jusqu’ici, joins-toi à moi. Pixar a mérité qu’on garde confiance en eux. Quand bien même le faux pas arriverait-il, les studios à la lampe n’ont plus rien à prouver à qui que ce soit.

J’ai testé les sucrettes à la Stévia

Plant de Stévia

Si vous ne connaissez pas encore la Stévia à votre âge, c’est que vous avez raté votre vie. En effet, la plante miracle venue d’Amérique du Sud annoncée comme la remplaçante de l’ aspartame cancérigène, va bientôt devenir une mode en France. Autorisée depuis janvier dernier en France par l’AFSSAPS et avril dernier en Europe, la Stévia commence à fleurir dans nos centres commerciaux.

Pourquoi un tel succès ? Car la Stévia est magique, pardi ! En plus d’être 100% naturelle, est une plante au pouvoir très sucrant (les feuilles ont un pouvoir sucrant de moyenne 45 fois supérieur à celui du saccharose !) qui, une fois purifiée, peut être utilisée comme édulcorant alimentaire avec pour gros avantages d’être sans calories et sans glucides ! Oui, oui. Vous avez bien lu. Du sucre sans sucre ! Yeah baby !

Du coup, dès 2008, Coca-Cola et Pepsi Co ont commencé à en introduire dans leurs produits. Et dernièrement, c’est la marque Taillefine de Danone qui vient de sortir une gamme « à l’extrait de Stévia ».

Les yaourts minceurs à la Stévia débarquent en France

Sucrettes à la Stévia

Quoi qu’il en soit, je me suis mis à chercher dans mon petit supermarché de proximité si c’était vraiment déjà là. Et bien ça l’est. J’ai trouvé (et acheté) les yaourts ci-dessus, j’ai vu qu’il y avait du sucre en poudre à base de Stévia, des sachets de thés et j’ai pris les sucrettes ci-contre pour remplacer le sucre de mes deux cafés quotidiens pris au distributeur de mon bureau. Du coup ce matin, j’ai retirer tout le sucre avant d’appuyer sur le bouton du café et suis monté à mon bureau pour mettre mes petites sucrettes qui vont sauver le monde. Alors, verdict ?

La Stévia… sucre ! C’est indéniable. Par contre, elle dénature le goût avec une touche de réglisse. Oui, pour aimer la Stévia, vous DEVEZ d’abord apprécier le goût de la réglisse. Manque de bol, la réglisse fait partie des rares aliments que je n’aime pas. Je comprends du coup, pourquoi l’emballage dit « […] apportera un goût incomparable à votre thé ou votre café. » Ah bah oui, ça c’est sûr !

Au final, la Stévia a un vraiment un fort pouvoir sucrant. De plus, elle a un goût, dans sa version purifiée blanche, de réglisse. Donc si elle est vraiment sans calories et sans glucides et que vous aimez le goût du réglisse, n’hésitez plus. C’est bien évidemment encore un peu cher, mais c’est le futur ingrédient star des Top Chef, Master Chef et autres Dîner Presque Parfait !

Ceux qui ont cesser d’édulcorer leur café à cause des dangers avérés de l’aspartame vont pouvoir s’y remettre… jusqu’à ce qu’on découvre dans quelques mois que la Stévia sera tout aussi nocive. On parie combien ?

Categories: Le Coin d'Alconis Tags:

Le plus vieux LolCat date de 1870 !

C’est incontestable : les chats sont les rois du net. Ils sont partout, en vidéo, en gif animés, en images. Impossible de naviguer sans tomber sur un chat tout mignon ou abruti. Et ce n’est pas moi qui le dit, c’est un fait reconnu. Rappelez-vous ces mèmes fondateurs de la notoriété de la toile : les chats bonsaïs, le chat pianiste, le chat debout, Internet est fait de chats et j’en passe. Mais je ne peux certainement pas passer sur le plus connu des mèmes sur les chats : les Lolcats.

Traduit par moi-même par « Drôle de Chats », les Lolcats (de LOL, « laughing out loud », rires aux éclats, et « Cats », chats, en anglais) sont tout un univers et une culture basés sur de simples photographies de chats accompagnés d’une légende faisant parler le personnage à poil. Issu d’une énième délire du forum 4chan.org, le phénomène Lolcats s’est considérablement enrichi avec le temps. Ainsi, les chats ont développé leur propre façon de parler (d’ailleurs voici un outil pour vous aider à parler le Lolcat), allant même jusqu’à traduire la bible ! (Oui oui, ils l’ont vraiment traduite entièrement ces cinglés) Sont apparus, avec le temps, des chats particuliers : basement cat (chat noir représentant le mal et le pouvoir et vivant dans la cave) et son pendant ceiling cat (chat blanc et bon vivant dans le grenier), monorail cat (le chat monorail). Même leur alimentation est un peu différente puisqu’un Lolcat se nourrit exclusivement de Cheeseburger. D’où le nom du site internet qui permet à tout un chacun de créer et consulter tous les jours de nouveaux Lolcats : http://icanhascheezburger.com/ Tiens, il y a même des geeks qui ont créé le LOLCode.

Après ce petit récapitulatif pour permettre aux retardataires de suivre, revenons à ce qui nous amène ici : le plus vieux Lolcat existant date des années 1870 !  Et oui, les Lolcats existaient bien avant internet grâce à Harry Pointer, photographe de Brighton, qui a eu cette idée amusante de créer une série de cartes postales avec des photos de chats et des légendes amusantes. Vous pouvez les trouver sur ce site internet.

Carte postale de 1875 de Harry Pointer : "Amène le dîner Betsy !"

Ci-dessous, une carte postale apparue un peu plus tardivement (1905) et qui reprend le concept initié par Pointer.

Carte postale de 1905 de Harry Whittier Frees : "Qu'est-ce qui retarde mon dîner ?"

Pour finir avec cette histoire des Lolcats, sachez que je participe moi-même au mème en tenant un petit blog de traduction de Lolcats en français. C’est par ici : Drôles de Chats.

Categories: Le Coin d'Alconis Tags: ,

La pissotière qui préserve du temps et l’environnement

Aujourd’hui c’est une concept fort original que je vous propose de découvrir. Une petite idée simple qui permet d’optimiser les passages de ces messieurs au pipiroom. En effet, pourquoi ne pas utiliser le même robinet et donc la même eau pour se laver la main et tirer la chasse d’eau pour envoyer l’urine au fin fond des canalisations ?

C’est la brillante idée qu’a eue Yeongwoo Kim. L’EcoUrinal est d’ailleurs l’un des concepts récompensés au iF Concept Design 2010. Aisni, on fait tout sans avoir à se déplacer. Parfait, donc… Si tant est que vous vous lavez les mains après avoir uriner… Le nombre de mecs que je vois repartir des toilettes publiques sans s’arrêter au lavabo fait peur. Beuark !

via

Categories: Le Coin d'Alconis Tags:

Campagne amusante pour l’école de cinéma de Sao Paulo

Je vous propose aujourd’hui une originale et amusante petite campagne d’affiches publicitaires réalisée par une l’agence brésilienne Dentsu pour le compte l’école de Cinéma de Sao Paulo. Pas grand chose à ajouter, les visuels parlent d’eux-mêmes. Si certains d’entre vous veulent s’égarer à décliner l’idée sur les films X, les films d’ado etc. , n’hésitez pas à me les envoyer pour que je les publie. Qui sait, on lance peut-être ici un mème retentissant 😉 Cliquez sur les images pour les agrandir.

Film sur les préjugés

Film d'épouvante

Blockbuster (Film à succès)

Film d'auteur

Film de guerre

via

Categories: Le Coin d'Alconis Tags: ,

Du storyboard à la scène finale chez Pixar

Le processus de création d’un film d’animation n’a pas beaucoup évolué depuis ces dernières années. Du moins en ce qui concerne les étapes clefs. Les outils en revanche ont évolué à une vitesse incroyable pour automatiser, simuler, accélérer des éléments de ces étapes.

Depuis, 10 ans, le site pixar.com a une section intitulée How We Make A Movie qui explique rapidement ce processus. Je vous propose aujourd’hui dans ce bref billet de partager 5 images clefs du processus de création de la scène d’accueil des jouets par Lotso, l’ours de Toy Story 3. Ne ratez pas les légendes où j’explique le minimum à savoir même pour les non-geeks !

1. Le Story Board

1. Ce story board a été dessiné par Jeff Pidgeon, storyboarder de Toy Story 3. A ce stade différents storyboarders dessinent leur vision d’une séquence précise. Dans notre cas, il s’agit de la séquence #300 intitulée « L’Accueil Chaleureux », où les jouets sont accueillis par Lotso et visitent la salle Papillon de la garderie de Sunnyside. Le but est de donner l’idée de la séquence, de l’humeur des personnages, du plan de caméra etc. Il y a eu près de 500 dessins différents pour cette seule séquence.

2. Concept Art de recherche sur les couleurs

2.Vient ensuite la phase de recherche et d’exploration sur les couleurs et sur le design des nouveaux personnages et de l’environnement. Ici, ce concept art est l’œuvre de Dice Tsutsumi, directeur artistique sur Toy Story 3. Le but est de permettre une visualisation plus claire des décors, des chaleurs, des lumières, des textures et de l’ensemble visuel que va nécessiter la scène.

3. Mise en scène et plan caméra (Layouting)

3. Cette image présente la phase de mise en scène et de prise de vue qui précède la phase d’animation, appelée aussi Layout. La scène n’est pas encore complète à ce stade et sera finalisée une fois toute la mise en place terminée. Il manque des jouets en fond et l’habillage de la scène est loin d’être final. Tout ceci sera affiné une fois l’animation terminée. C’est évidemment dans cette phase qu’intervient les ordinateurs et outils 3D. La phase de modeling (création des modèles 3D) des personnages a été faite en amont. Le but est simplement de mettre en place les plans caméra et de grossièrement placer les personnages et les principaux éléments de décor. Les personnages ne sont pas encore animés.

4. Finalisation des animations et éléments 3D

4. Dans cette étape, les postures animées sont finalisées. Les personnages principaux et secondaires sont animés par image-clefs (keyframes). Des centaines de jouets peuplent maintenant la garderie. C’est à ce niveau que les animateurs peuvent aussi ajouter des personnages scriptés qui vont interagir automatiquement avec l’environnement ou d’autre personnages. C’est le cas dans les scènes avec un très grand nombre de personnages à l’écran qui prendrait des mois à animer.

5. Textures, éclairages et rendu

5. Animation finale des vêtements des personnages, qui sont animés par simulation dynamique en assignant des comportements de déformation de structure 3D en fonction de paramètres (du vent, le toucher du doigt d’un personnage). Par exemple, dans cette scène, les vêtements de Barbie et de Ken sont simulés. Ensuite, l’image finale montre les textures matérielles (shading) de la scène. Toute les surface d’objets et même des personnages ont des propriétés de texture, de couleur, de motif de remplissage qui rendront l’effet désiré une fois mis en lumière par le Lighting Department (Département d’Eclairage). En effet, toutes les variations d’aspect d’une surface dépendent de la lumière qui vient la frapper. Lors de la phase de rendu, tous ces éléments vont être calculés les uns par rapport aux autres pour « rendre » leur image finale. Tous les éléments sont rendus (personnages, le tapis, les vêtements, les animations, etc.) pour créer cette image finale. L’éclairage se fait en plaçant des sources de lumières virtuelles dans la scène qui éclairent les personnages et les éléments de la scène. Plusieurs douzaines de ces lumières sont souvent nécessaires. On retrouve en plus des effets de lumières comme la zone de lumière du soleil plus claire sur le tapis qui vient d’une fenêtre supérieure. Lotso a été particulièrement difficile à rendre pour le Shading and Lighting Departement parce qu’il est complètement recouvert de fourrure, une texture assez difficile à rendre fidèlement en 3D.

via